; ;

invités

Martin Petit

Humoriste chouchou du grand public, et blogueur à ses heures, Martin Petit fait un retour en force avec Micro de feu, son troisième one man show en 15 ans de carrière. Les tabous sont plus que jamais les sujets de prédilection de l’humoriste, qui n’a jamais eu la langue dans sa poche. Lui qui a remporté l’Olivier du spectacle de l’année pour Grandeur nature, en 2000, et Humour libre, en 2005, est-ce que la pression est plus forte que jamais alors qu’il s’apprête à démarrer cette nouvelle aventure ?

Bio
À 16 ans Martin termine son secondaire au Collège Laval et arrive au cégep Montmorency où le hasard le pousse à s’inscrire au camp de recrutement de la ligue d’improvisation locale. Il y fait des rencontres qui marqueront profondément sa vie personnelle, détermineront sa vie professionnelle future, en plus d’handicaper sérieusement ses ambitions académiques.

C’est là qu’il croise pour la première fois Michel Courtemanche, Jean-François Aubé et Claude Legault. Ce dernier devient son entraineur, lui enseignant les rudiments du jeu crée par Robert Gravel.

Refusé en communication, inscrit à l’UQUAM en littérature jeunesse, Martin constate rapidement que si la création littéraire l’occupe, la scène lui manque terriblement.
C’est encore une fois le cégep qui le remet sur les rails
Cet été là, Martin remplace Claude Legault comme entraineur du MIM de Montmorency et retourne faire des matchs en Belgique et en France. Il y demeure tout l’été en travaillant pour une boîte de pub et en offrant des ateliers d’improvisation à Bruxelles.

Pendant ses cours, Martin écrit un spectacle de sketchs de 2 heures. Il demande à Stéphane E. Roy, Guy Lévesque, Ken Scott et Annick Beaulne de monter un spectacle présenté en mai à la Maison des Arts de Laval. Les Bizarroïdes sont nés.
Pour alimenter les galas, Juste pour rire organise des auditions à travers le Canada. Martin remporte la finale nationale et présente son premier numéro au gala du théâtre St-Denis présenté par Dominique Michel.
En 98, Martin se lance dans la création de son premier spectacle solo. Sylvain Larocque agit comme consultant au texte et Josée Fortier et Joseph St-Gelais se partagent la mise en scène.

Le spectacle « Grandeur nature » est lancé à l’automne 1999. La critique est dithyrambique, le spectacle est excellent. Quelques mois suivant le début de la tournée Martin est sacré grand gagnant de la 2ème édition du gala des Olivier.
En 2004, Michel Courtemanche, complice et ami, lui présente son gérant d’alors François Rozon. Martin signe donc avec les Productions Encore (Mario Jean, Martin Matte, Gary Kurtz).

Martin monte une nouvelle équipe pour son 2ème One-man show. Martin consulte des amis Ian Lauzon, Ken Scott et André Gagnon pour les idées puis Michel Courtemanche signe la mise en scène. Il décide d’écrire seul.
Martin écrit le spectacle presque d’un seul souffle. En 3 mois l’affaire est bouclée. Le rodage commence en mai et l’équipe passe tout l’été à St-Thérèse.

Martin lance son 2ème One-man show au théâtre St-Denis à l’automne. Le public et la critique sont enthousiasmés par le nouveau concept.

L’année 2005 commence en lion, Martin est encore une fois sacré grand gagnant du gala des Olivier animé par Martin Matte. "Humour libre" est récompensé comme meilleur spectacle, meilleur numéro et meilleur texte, en plus de recevoir une plaque pour 50 000 billets vendus en 6 mois.

En 2007, Martin quitte la barre de son émission à la radio pour se consacrer à l’écriture de son prochain show micro de feu qui nous présente cet automne et cette fois, le micro est en feu
Source : martinpetit.com