; ;

invités

Mara Tremblay

Mara Tremblay a tout pour charmer. Sur son dernier album, Tu m’intimides, elle chante l’amour et la passion, et on ne peut que les vivre avec elle. Au cours des prochains mois, elle habitera la scène, notamment aux prochaines Francofolies de Montréal. Mais avant, elle s’arrête dans une boutique de robes de mariée pour nous chanter la pomme.

Biographie :

Source : Audiogram
Née à Hauterive le 21 juillet 1969, alors qu'on posait pour la première fois le pied sur la Lune, Mara Tremblay passe ses premières années près du fleuve, nourrie par l'air frais de la Côte-Nord et par la guitare et le violon de son père. Arrivée à Montréal à l'âge de cinq ans, Mara va à l'école Le Plateau, où elle apprend à son tour le violon. C'est aussi l'époque où elle cause l'émoi en se présentant, à neuf ans, comme candidate du parti Rhinocéros dans le comté de Rosemont.
Durant les années suivantes, Mara fait partie de plusieurs chorales, dont le choeur de l'Orchestre métropolitain de Montréal, et touche au cinéma grâce à un rôle dans le film La couleur encerclée des frères Serge et Jean Gagné, tourné en 1982. Adolescente, elle voyage en Tunisie et s'installe pour un an au Burkina Faso, avec ses parents. Le climat trop sec de Ouagadougou fait craquer son violon; elle décide alors de laisser tomber son instrument de prédilection au profit de la basse...
En 1989 et 1990, elle participe avec son oncle JAT à l'Empire des Futures Stars, où la remarque le chanteur du groupe rock Lard Bedaine. Elle se joint bientôt à la formation, dont elle dira plus tard qu'elle a été une véritable « école du rock ». De 1991 à 1993, Mara joue aussi de la basse avec Les Maringouins, connus pour leurs populaires reprises de la Bolduc.
1993. Le jour de la Saint-Valentin, Mara reçoit un coup de fil de Dédé Fortin, qui lui offre de jouer du violon au lancement du premier album des Colocs. Elle retrouve alors son instrument, au bonheur de tous, et se joint au groupe. Peu après, Les Colocs ouvrent le Gala de l'ADISQ avec beaucoup de fougue. Ce soir-là, une certaine Nanette Workman la remarque et lui propose d'embarquer dans sa tournée « Rock et Romance »… Ça bouge vite pour Mara, qui intègre par ailleurs Les Frères à Ch'val, une aventure qui s'étalera sur trois ans, et s'investit dans de riches collaborations, en outre avec Mononc' Serge et Lhasa de Sela. La période est aussi marquée pour elle par la naissance d'un premier enfant, Victor, en 1996.
Patrice Duchesne, des Disques Audiogram, lui propose bientôt de préparer un premier album solo. En 1999, Le Chihuahua, coréalisé avec Fred Fortin, Olivier Langevin et François Lalonde, cause une belle tempête sur le Québec. Sur les ondes de la radio de Radio-Canada, Marie-Christine Blais le décrit comme un « mélange entre PJ Harvey et La Bolduc ». Inclassable en effet, Le Chihuahua récoltera 9 nominations à l'ADISQ, raflant le Félix du meilleur vidéoclip pour « Le teint de Linda » (réalisé par Robin Aubert), le Félix de l'album alternatif de l'année et le Félix de la plus belle pochette, laquelle a été conçue par Mara elle-même.
Récipiendaire en 2000 du prix Félix-Leclerc, Mara Tremblay enchaîne les prestations, de la grande scène du Festival d'été de Québec à Coup de cœur francophone, en passant par les FrancoFolies et le Printemps de Bourges, pour finalement tenir l'affiche une semaine aux Sentiers des Halles, à Paris.
Après plus de deux ans de tournée et d'écriture, elle lance en 2001 Papillons, coréalisé cette fois par elle-même, Olivier Langevin et Pierre Girard. Un opus qui démontre à ceux qui en doutaient encore combien l'artiste est désormais indissociable de la chanson d'ici, et qui lui méritera entre autres, au gala des MIMI, le prix SOCAN de la chanson de l'année pour « Les Aurores ». Se met alors en branle la tournée « Tout Nue », qui la mènera aux quatre coins du Québec, sans compter un passage remarqué aux FrancoFolies de Montréal, en 2002, dans le cadre d'un hommage à Gilbert Bécaud organisé par Monique Giroux. La même année, Mara participe au film Cadillac clown de Robin Aubert. Elle donne par ailleurs naissance à Édouard, son deuxième fils, et enregistre quelques contes et comptines sur Le chat musicien, un album pour enfant (La Montagne secrète).
Mara achève en 2004 sa tournée « Tout Nue », mais aussi sa collaboration avec la Fanfare Pourpour, dont elle fait partie depuis 2001, son horaire ne le permettant plus. On la retrouve cette année-là en duo avec Vincent Vallières, interprétant la chanson titre de son album Chacun dans son espace, et sur l'album de Daniel Grenier et Les guerriers de la lumière. Mara sera ensuite plongée dans une intense année d'écriture, en prévision de son troisième album.
Les nouvelles lunes paraît en avril 2005. Coréalisé une fois encore avec Pierre Girard et Olivier Langevin, le disque compte plusieurs perles, dont « Grande est la vie » et « Poussières ». Mara participe aussi au projet « Pamplemousse » (JaJou productions), sur lequel elle interprète la chanson « Laura » de Jean Leloup et qui servira à amasser des fonds pour la prévention du suicide. Elle multiplie les collaborations, chantant avec Éric Goulet (Monsieur Mono) L'amour fait mal, une adaptation de Love Hurts, mais également sur l'album Beau D'Hommage, où elle interprète, en duo avec Vincent Vallières, la chanson « 23 Décembre ». Autre duo marquant: celui qu'elle forme avec Stefie Shock pour reprendre, sur l'album Salut Joe!, un hommage à Joe Dassin, le classique « L'été indien ».
Ces dernières années, Mara Tremblay a souvent pris la route, que ce soit dans le cadre d'une fructueuse tournée solo ou encore de la tournée « Toutes les filles », occasion pour elle de côtoyer sur les planches des artistes qui sont déjà de grandes amies ou le deviendront, les Catherine Durand, Marie-Annick Lépine, Catherine Major et Ginette. À travers ces fécondes expériences, auxquelles s'ajoute une participation au spectacle Quai no 5, créé en 2007 durant le Festival international de la littérature et qui l'amènera à dire ou chanter la poésie d'Élise Turcotte, se prépare la naissance d'un disque enivrant, un quatrième album traduisant la capacité de Mara à se réinventer sans cesse. Tu m'intimides, réalisé par Olivier Langevin, coréalisé par elle-même et Pierre Girard, est offert au public en janvier 2009. À suivre