; ;

invités

BIZ

Biz, le rapper bien connu du groupe Loco Locass, a l’habitude d’utiliser la musique ou la parole pour se faire entendre. Cette-fois, c’est avec sa plume qu’il a choisi de s’exprimer, avec un premier roman très personnel, Dérives, basé sur la dépression qu’il a traversée à la naissance de son fils. Rencontre avec celui qui est le porte-voix d’un phénomène très tabou, mais non moins fréquent.

Biographie Biz :

Source :
Généralement, quand on pense à Loco Locass, il nous vient immédiatement en tête le refrain «Libérez-nous des libéraux». Le groupe de rap québécois est en effet particulièrement reconnu pour ses prises de position ouvertement souverainistes et la défense du français, que les membres du groupe, Biz, Chafiik et Batlam, les membres du groupe, ont particulièrement à cœur. La plupart de leurs textes ont une saveur fortement indépendantiste, mais ils traitent également de la politique en général, entre autres de l’immobilisme de la fédération canadienne, et aussi d’altermondialisme et de lutte à l’exclusion. Dans un français toujours impeccable, Loco Locass joue avec les mots et s’expriment sans crainte sur des sujets chauds. Loco Locass débute en 2000 avec l’album Manifestif, suivi de In Vivo, en 2002. Ils ont d’ailleurs obtenu le prix Félix-Leclerc aux Francofolies en 2001. Mais c’est en 2004, à la sortie de Amour oral, album qui recevra par ailleurs un disque d’or avec 50 000 copies vendues au Canada, que le groupe devient particulièrement connu du grand public et que la chanson «Libérez-nous des libéraux» devient populaire, au grand dam du PLC et du PLQ. Le groupe est d’ailleurs couronné des titres «Meilleur hip-hop de l’année» et «Meilleur auteur ou compositeur de l’année» au gala de l’ADISQ, en 2005. Toujours en 2005, lors de la grève des étudiants québécois pour protester contre la conversion par le PLQ de 103 millions de dollars de bourses en prêts, Loco Locass prend ouvertement position en faveur du mouvement étudiant. À la fin de l’été 2005, à Rivière-du-Loup, Loco Locass a interprété cinq chansons en compagnie d’un orchestre symphonique de jeunes musiciens de 12 à 17 ans, étudiants au Camp Musical St-Alexandre. En plus des chansons du groupe, des pièces de Prokofiev, Berlioz et Stravinsky ont été interprétées. L’ONF a d’ailleurs tiré un documentaire de ce concert, documentaire qui a été lancé à la mi-mai 2007.