; ;

invités

Ariane Moffat

Ariane Moffat vit son heure de gloire. Fraîchement débarquée de France, où elle donne des spectacles régulièrement jusqu’au printemps 2010, elle savoure encore l’annonce de sa nomination aux Victoires de la musique, dans la catégorie Découverte de l’année-scène. En attendant la soirée du 6 mars prochain, Ariane est de passage au Québec pour présenter un spectacle en formule trio, avec Marie-Pier Arthur et Joseph Marchand. Rien ne l’arrête, cette Ariane…

Biographie : (source Audiogram)
Ariane Moffatt est encore toute jeune quand débute sa grande histoire d'amour avec la musique. Elle étudie le piano, s'intéresse tôt au chant jazz. Adolescente, celle qui a grandi dans la région de Québec part pour Montréal, où elle entreprend une formation musicale au Cégep Saint-Laurent. Elle baigne alors dans l'univers de Tori Amos, de Ben Harper, s’intéressant déjà beaucoup aux songwriters, chez qui écriture, composition et arrangements sont indissociables.

S'ensuivent quelques concours, où chaque fois elle s'illustre: Cégeps en spectacle en 1996, L'Empire des futures stars en 1998 (elle y est sacrée meilleure interprète), puis une brève mais formatrice aventure trip hop avec le groupe Tenzen. Son diplôme d'études collégiales en poche, Ariane Moffatt s'inscrit en musique populaire et chant à l’UQÀM, mais l’aisance scénique de l'artiste en herbe est un secret de moins en moins bien gardé: Marc Déry l'introduit bientôt dans sa formation live, lui qui mène une tournée conjointe avec un certain Daniel Bélanger. Peu après, ce dernier l’enrôle à son tour, comme claviériste et choriste, pour sa tournée «Rêver mieux». Elle s'y exécutera aussi en première partie, seule à la guitare.

Pendant qu'elle impressionne sur les planches, Ariane travaille avec soin son premier album, album auquel Michel Bélanger, patron d'Audiogram, prête une oreille attentive. En juin 2002, paraît sous ladite étiquette Aquanaute, au confluent de l’électro-folk, du jazz et de la pop. Une entrée en matière étincelante, qui lui vaut succès critique et populaire. On y trouve entre autres «Point de mire», «Fracture du crâne» ou «Poussière d’ange», autant de titres qui allaient marquer profondément la chanson québécoise. Écoulé à plus de 120 000 exemplaires, Aquanaute récoltera trois Félix en 2003: Révélation de l’année, Album pop-rock de l’année et Réalisation musicale de l’année (ce dernier honneur étant partagé avec ses complices de l’époque Francis Collard et Joseph Marchand).

En mai 2005, la sortie du DVD Ariane Moffatt à la Station C immortalise la grande fête des sons et des sens que sont chacun des concerts d'Ariane. Pendant ce temps, un deuxième album entre dans sa dernière phase d'évolution. Le coeur dans la tête paraît en novembre 2005, révélant une artiste décidément audacieuse sur le plan musical et très proche de l'autobiographie sur le plan des textes. Une fois de plus, les perles sont au rendez-vous: «Combustion lente», «Montréal» «Montréal», «Will You Follow Me», mais aussi «Imparfait», splendide reprise d’un titre marquant de Daniel Bélanger. Enregistré à différents endroits, tantôt en ville, tantôt en campagne, le disque sera qualifié de rhythm&groove, voire de «groove&grunge», tant le propos cru est couplé à des sons parfois tranchants.

Février 2006: Ariane Moffatt se produit en première partie d’Alain Souchon, à l’Olympia de Paris, prestation très remarquée qui précède de peu la sortie française du Coeur dans la tête, en mai. Elle a alors l’immense privilège d’être épaulée en France par Mathieu Chédid, dit «M», un nouvel ami à qui elle voue une grande admiration.

Depuis, l'inclassable artiste a vécu quelques grands rendez-vous avec son public, dont un spectacle inoubliable sur la scène principale des FrancoFolies de Montréal, en août 2007, devant des dizaines de milliers de spectateurs – cinq ans plus tôt, elle avait triomphé au même endroit. En parallèle, un troisième opus prend forme.

Avril 2008: tous les yeux, toutes les oreilles se tous oreilles se tournent vers Ariane à l’occasion de la parution de Tous les sens, un disque lumineux et groovy, entre la techno et la musique roots, à travers lequel cette artiste d'envergure parvient à étonner franchement tout en apparaissant profondément comme elle est, comme on l'aime.

Dans la bulle d’Ariane Moffatt