; ;

invités

Costa Gavras

Les films de Costa Gavras, cinéaste engagé de 76 ans, sont le reflet de ses combats. C’est encore vrai pour son 18ème long-métrage en tant que réalisateur, Éden à l’Ouest, qui traite du sort de l’immigré. Rencontre avec un cinéaste aussi fascinant que son œuvre, dont la réflexion donne un sens au rôle du métier de réalisateur en 2010.

Biographie :

COSTA GAVRAS
Cinéaste naturalisé français, Constantin Costa-Gavras (Konstantinos Gavras) est né à Athènes le 13 février 1933 dans une famille d’origine russe. Auteur pertinent, politiquement engagé, il est le fils d’un fonctionnaire accusé d’avoir des idées communistes. Pour cette raison, à 18 ans, il décide de partir pour Paris où il s’inscrit à l'Institut des Hautes Etudes Cinématographiques (IDHEC), après un passage par la faculté de lettres. Après avoir travaillé en tant que critique de cinéma et assistant de René Clément et Jacques Demy, il débute derrière la caméra en 1965 avec COMPARTIMENT TUEURS, produit par Julien Derode et bénéficiant de la participation financière de tous les acteurs. Le film remporte un grand succès et la critique salue la maîtrise de la mise en scène et de la direction d'acteur. Après le relatif échec de UN HOMME DE TROP, drame situé dans le milieu de la Résistance, il triomphe avec Z en 1969 qui remporte deux prix à Cannes et deux Oscars. Tiré du roman de Vassilis Vassilikos, le film relate l'assassinat authentique du député Lambrakis à Athènes en 1963. Co-écrit par Costa-Gavras et Jorge Semprun, Z est salué par la critique comme le premier grand film politique français.
En 1970, L'AVEU, d'après le récit autobiographique d'Arthur London, ancien vice-ministre des Affaires étrangères de Tchécoslovaquie, dénonce les excès du Stalinisme. ÉTAT DE SIÈGE, en 1973, prend pour cible la main-mise politique des États-Unis sur certains Etats d'Amérique latine et SECTION SPÉCIALE en 1975 évoque une affaire particulièrement sordide de collaboration du gouvernement de Vichy sous l’occupation en août 1941.
En mélangeant le policier au film politique, Costa-Gavras trouve ses thématiques de prédilection et avec ses films suivants, dénonce les régimes militaires du monde entier. Après une rapide excursion dans le film sentimental, (CLAIR DE FEMME), Costa-Gavras tourne aux Etats-Unis un nouveau film de dénonciation : MISSING. C'est en effet un producteur hollywoodien qui lui propose de réaliser ce film sur la responsabilité des services secrets américains dans la chute, au Chili, du gouvernement d'Alliance Populaire du Président Allende. En dépit des dénégations officielles du Département d'État réfutant toute participation au coup d'État du général Pinochet, MISSING est bien accueilli par le public aux États-Unis où perdure une solide tradition du cinéma politique. Le film remporte même la Palme d'Or à Cannes en 1982 et un Oscar pour la meilleure adaptation. Dans ses films successifs, dont BETRAYED (LA MAIN DROITE DU DIABLE) en 1988, Costa-Gavras continue son voyage dans le cinéma engagé. En 1989 il réalise un de ses films les plus intenses et courageux, MUSIC BOX, avec Jessica Lange. L'actrice et le film reçoivent un prix au Festival de Berlin. Son dernier film AMEN réalisé en 2001, est un drame historique dans la droite ligne de ses premiers longs-métrages.

Filmographie :

1958 : Les Rates
1965 : Compartiment tueurs
1967 : Un homme de trop
1969 : Z
1970 : L'Aveu
1973 : État de siège
1975 : Section spéciale
1979 : Clair de femme
1982 : Porté disparu (Missing)
1983 : Hanna K
1986 : Conseil de famille
1988 : La main droite du diable (Betrayed)
1989 : Music box
1991 : Pour Kim Song-Man
1991 : Contre l'oubli coréalisé avec Chantal Akerman, René Allio
1992 : La Petite Apocalypse
1995 : Lumière et Compagnie coréalisé par une quarantaine de réalisateurs.
1995 : À propos de Nice, la suite coréalisé avec Catherine Breillat
1997 : Mad City
2002 : Amen.
2005 : Le Couperet
2009 : Eden à l'ouest