; ;

invités

Jacquemort

La formation Jacquemort a connu ses premiers balbutiements il y a plus de 10 ans. Tout débute par l’union musicale de Thomas Augustin et Julien Bakvis, batteur pour Méta Gruau.
Pendant ce temps, Thomas joue du clavier avec Malajube, et compose la chanson St-Fortunat, parue sur l’album Trompe-l’œil. C’est en 2005 que les deux Juliens et Thomas s’unissent musicalement et c’est la venue de la claviériste Nelly-Belle Estirac qui scelle la naissance de Jacquemort. L’univers musical de Jacquemort n’est pas trop loin de Malajube dans sa sensibilité pop, son énergie rock et ses arrangements vocaux, ici assurés par Thomas. En prime, il y a aussi des claviers drôlement inspirés et des rythmes qui déchirent.

À l’été 2006, ils font appel aux services de Ryan Battistuzzi. Le réalisateur est surtout connu pour son travail sur Trompe-l’œil, de Malajube, mais il a aussi enregistré Les matins de grands soirs, des Breastfeeders, et de nombreux autres albums primés de la scène locale. Donc, les membres de Jacquemort commencent à enregistrer leurs chansons, dans un chalet à Magog. Puis, il se produit pour une première fois à l’édition de Pop Montréal 2006 et complète leur premier EP l’hiver venu qui s’’intitule Dent de lait.

Après un hiatus de cinq ans découlant de l’activité de Malajube, Thomas produit quelques maquettes au piano et la formation s’apparie Melissa Di Menna (Meta Gruau) et Rémy Nadeau-Aubin (Hot Springs, Bateau Noir) pour se remettre à la composition à l’hiver 2012 et enregistrer différentes sessions à la maison et en studio, sessions qui seront débroussaillées et mixées par Jace Lasek. En résultera La montagne de feu : un premier album complet marqué d'expérience(s), d'amitiés, de séparations, de plages, de chats et de pères hippies, et une célébration des affections qui nous unissent.

Jacquemort saute