; ;

invités

Atom Egoyan

Né au Caire, de parents artistes arméniens, Joseph et Shushan (née Devletian) Yeghoyan, qui tiennent une boutique de meubles, Egoyan est baptisé Atom en hommage au premier réacteur nucléaire construit par l'Egypte. Ses parents quittent l'Egypte en 1962 pour le Canada, s'installent à Victoria (Colombie britannique) et transforment leur nom en Egoyan. Atom et sa sœur, Eve, aujourd'hui pianiste concertiste vivant à Toronto, grandissent à Victoria dans la province de la Colombie-Britannique.

À l’université, il commence à se passionner pour le théâtre et à écrire des pièces. Il est influencé principalement par Samuel Beckett et Harold Pinter. Il obtient son diplôme de Trinity College de l'Université de Toronto.

Il épouse Arsinée Khanjian, qu'il rencontre en 1984 à l'occasion du casting de Next of Kin et qui devient sa muse et actrice fétiche (elle joue régulièrement dans ses films). Leur fils, Arshile, porte le prénom du célèbre peintre américain d'origine arménienne, Gorky.

Egoyan a réalisé une douzaine de longs métrages, des épisodes de séries télévisées et plusieurs courts métrages. Il met également en scène des opéras, dont Salomé de Richard Strauss pour l'opéra de Toronto en 1996, l'opéra de Vancouver en novembre 1997 et le Houston Grand Opera en 1998, et la "Walkyrie" de Wagner en 2004 pour la Canadian Opera Company.
Il se fait connaître avec Exotica (1994) surtout en France, mais c'est sa première adaptation du roman de l'auteur américain Russell Banks, De beaux lendemains (1997) qui lui vaut une notoriété internationale et des nominations aux Oscars, dans les catégories de meilleur réalisateur et de meilleure adaptation à l'écran. Une histoire qui d’ailleurs s’approche de Devil’s Knot.

De beaux lendemains : Mitchell Stephens, avocat, débarque dans une bourgade secouée par un terrible accident de bus qui a emporté la majorité des enfants du village. Il va peu à peu convaincre les parents d'intenter un procès contre ceux qu'ils considèrent responsables de l'accident.

En 2002, c’est Ararat qui fait beaucoup parler d'Egoyan. Après Mayrig (1991), d'Henri Verneuil, il s'agit de la première œuvre majeure qui traite directement du génocide des Arméniens. Ararat remporte le Prix Génie du meilleur film, festival qui l'a récompensé à diverses reprises dans le passé pour le meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario et d'autres catégories.
Depuis 2005, Egoyan est aussi le président du Festival international du film d'Erevan. Il avait lui-même remporté le premier prix pour son film Ararat l'année précédente.

En 2010, il réalise Chloé, un remake de Nathalie... de la réalisatrice Anne Fontaine.
En mai 2010 il préside le jury de la cinefondation et du court-métrage au 63ème festival international du film de Cannes. Il vit toujours à Toronto avec son épouse, Arsinée Khanjian, une actrice apparue à diverses reprises dans ses films, et leur fils, Arshile.

Pour son 13ième film, le cinéaste choisit d’adapter un roman traitant d’un fait divers qui a fait couler beaucoup d’encre. Devil’s Knot est l’histoire d’un triple meurtre sauvage d’enfants de 8 ans qui plongent les habitants d’une ville de l’Arkansas dans la controverse d’un procès ouvert à l’encontre de 3 adolescents soupçonnés de satanisme.

Signalons que le réalisateur est aussi en préparation d’un autre long qui sortira en 2014
Queen of the night, anciennement The Captive.

Rencontre avec Atom Egoyan