; ;

invités

Jimmy Hunt

Si son album "Jimmy Hunt" paraît à l'automne 2010, l'artiste originaire de Québec n'en est alors pas moins actif sur la scène musicale montréalaise depuis une bonne décennie. Après quelques années à se produire en solo (vraiment, c'est à dire en homme-orchestre), c'est en 2006 qu'il s'adjoignait les complices du groupe Chocolat. La formation proposait bientôt un EP puis un album au titre intrigant: "Piano élégant".

Les accolades de la critique et l'enthousiasme d'un public conquis n'empêchent pas les membres du groupe de préparer des projets personnels. L'auteur-compositeur Jimmy est le premier à proposer son album, après avoir partagé la scène avec Coeur de pirate pour qui il assume les premières parties pendant une tournée québécoise. Les deux artistes tentent même un duo, le temps de la chanson "Pour un infidèle".

Alliant un regard décalé, parfois un brin cynique ("Les moineaux et les loups", "Sois belle") et une musique bien actuelle tout en affichant certaines références, telles "Ça va de soi" ou "Motocross", Jimmy compte parmi les découvertes musicales de nombreux observateurs. En attendant de pouvoir l'entendre en personne, la fameuse rythmique de "Everything Crash" s'insère dans nos oreilles et s'avère impossible à déloger.

Jimmy Hunt nous revient avec l’album : Maladie d’amour. On y retrouve le côté folk qui a fait la grâce du premier album, mais évidemment, Jimmy n’allait pas en rester là. En effet, l’album oppose aussi des envolées électro touffues à des textes minimalistes. On ne voudrait pas trop en mettre, mais on va y aller : il y a résolument du Gainsbourg dans ce Maladie d’amour, par l’innovation, la dégaine, et… que dire de la pochette.

On doit aussi ces explorations sonores à deux proches collaborateurs de Jimmy Hunt qui l’ont accompagné en spectacle, soit le claviériste et programmeur de choses électroniques Christophe Lamarche-Ledoux (Organ Mood) et le multi-instrumentiste Emmanuel Éthier (Passwords). Le premier a assuré la prise de son et les arrangements de certaines pièces, le deuxième la réalisation et tous deux ont joué sur l’album.

Jimmy Hunt en studio