; ;

invités

Luc Picard

Picard, acteur, réalisateur, scénarist (Lachine, Québec, 24 septembre 1961). Né dans un quartier ouvrier de Montréal, Luc Picard est le plus jeune d'une famille de quatre garçons dont le père travaillait pour l'entreprise Northern Electric. Il garde un très bon souvenir de son enfance dans ce quartier qu'il quitta à l'âge de douze ans pour la ville de Laval, son père ayant eu une promotion qui les fit changer de classe sociale. Même s'il aime écrire et se sent très tôt attiré par le cinéma, le rêve d'être acteur lui semble inaccessible. Il étudie donc en administration avant de tenter sa chance au Conservatoire d'art dramatique de Montréal en 1985.
Dès la fin de sa formation, en 1988, Luc Picard travaille avec les metteurs en scène de théâtre les plus reconnus de Montréal. Il affirme déjà l'étendue de son talent, passant de la comédie au drame tout en soutenant brillamment des rôles du répertoire classique ou contemporain. On le voit en tête d'affiche de pièces mises en scène par Claude Poissant comme Signer (1988), J'écrirai bientôt une pièce sur les nègres (1989), Le jeune homme en colère (1991), Le prince travesti (1992), Le triomphe de l'amour (1994) (prix du meilleur acteur de soutien, décerné par l'Académie québécoise du théâtre) et Lorenzaccio (1999). Sous la direction de Pierre Bernard, il partage la scène avec Sylvie Drapeau dans Traces d'étoiles (1992), rôle qu'il reprend en anglais en 1996 (Brilliant Traces), et cumule plusieurs personnages dans Variations sur le temps (1996). René-Richard Cyr lui confie aussi les premiers rôles de Lammermeïer dans L'Éveil du printemps (1989) et d'Alceste dans Le Misanthrope (1998).

Dirigé par Brigitte Haentjens, il tient un rôle principal dans Un oiseau vivant dans la gueule (1989) et dansCaligula (1993). Il joue aussi dans Mlle Julie (1993) mis en scène par Denise FILIATRAULT, dans La compagnie des hommes (1996), sous la direction de Lorraine PINTAL et dans Les Amours (1997) dirigé par le regretté Jean-Pierre RONFARD. Yves Desgagnés lui confie le rôle-titre de la pièce Un simple soldat (1998) et il crée le personnage d'Antoine dans Juste la fin du monde (2001) scénographié par Pierre Bernard et Serge Denoncourt.

Après sept ans d'absence au théâtre, Luc Picard revient sur scène dans la pièce Sacé-Cœur (2008) conçue par Alain Vadeboncoeur et Alexis Martin. À travers toutes ses performances théâtrales, Luc Picard participe à de nombreux films. Son premier rôle au cinéma dans le film Les Saufs-conduits (1990) de Manon Briand lui mérite le Prix Luce-Guilbault, décerné au jeune acteur le plus prometteur. Il tient ensuite un rôle de premier plan dans La Sarrazine de Paul Tana (1990), dans Histoire d'anémone de Bernar Hébert (1992) dans Le sexe des étoiles de Paule Baillargeon (1992) et dansDoublures de Michel Murray. Il se fait ensuite remarquer dans les films Cap Tourmente de Michel Langlois (1992) et Octobre (1994) de Pierre Falardeau, cinéaste dont il deviendra l'ami et l'acteur fétiche. Durant la seule année 1992, on le voit aussi à la télévision dans les séries Blanche de Charles Binamé, Scoop de Pierre Houle etShehaweh de Jean Beaudin.

C'est cependant son personnage d'agent double dans la série Omerta (1996), réalisée par Pierre Houle, qui l'impose définitivement comme l'un des meilleurs comédiens de sa génération. La force et l'intensité de son interprétation lui mérite le Gémeau décerné au meilleur acteur masculin et un Metro Star décerné par les téléspectateurs. Il multipliera par la suite les grands rôles autant à la télévision qu'au cinéma.
Le personnage du pêcheur gaspésien Noum dans la série historique L'Ombre de l'épervier (1999) de Robert Favreau et celui du légendaire syndicaliste Michel Chartrand dans les séries Chartrand et Simonne (2000) etSimonne et Chartrand (2003) réalisées par Alain Chartrand, lui méritent encore le Gémeau de la meilleure interprétation masculine pour chacune des trois séries et deux autres Metro Star.
Sur grand écran, Luc Picard tient aussi les premiers rôles dans Le Dernier souffle de Richard Ciupka (1999), dansLa femme qui boit de Bernard Hémon (2000) et dans 15 février 1839 de Pierre Falardeau, où son rôle du Chevalier de Lorimier lui mérite le Jutra du meilleur acteur en 2002. Il obtient également le prix Génie du meilleur acteur masculin pour son rôle de Moïse dans Savage Messiah de Mario Azzopardi (2002), le Jutra du meilleur acteur de soutien pour sa performance dans Le collectionneur de Jean Beaudin (2003), et le Bayard d'or du meilleur comédien au Festival de Namur pour son rôle dans 20h17 rue Darling de Bernard Émond (2003).

Luc Picard éprouve la grande joie de devenir père à l'aube de ses quarante ans et profite alors d'un moment de répit involontaire dans sa carrière de comédien pour s'occuper de son fils et concrétiser son autre rêve d'enfance, écrire. Il scénarise pendant un an et demi le film L'audition (2005), dont il sera l'acteur principal et le réalisateur. Présenté lors du Festival international de films de Montréal (FIFM), le film remporte l'Iris d'or, décerné au meilleur film de la compétition, le prix du meilleur film canadien et du meilleur interprète canadien. Outre de nombreuses nominations, L'audition obtiendra huit prix nationaux et internationaux dont le Christera d'Or pour la meilleure réalisation au festival international des jeunes réalisateurs à Saint-Jean-de-Luz, où il obtient aussi le prix de la meilleure interprétation masculine. Le Prix du Public, au 24e Festival International du Premier Film d'Annonay vient clore, en France, ce cycle de récompenses.

Luc Picard séjourne ensuite au Rwanda pour tenir l'exigeant premier rôle masculin du film Un dimanche à Kigali(2006) de Robert Favreau. Il sera aussi le héros du film noir Léo Huff de Sylvain Guy (2009).
Le passage du comédien derrière la caméra ne s'avère pas un geste isolé puisqu'il assume la réalisation de Babine, sorti également en 2009. Il tient aussi le rôle de Toussaint, un marchand éleveur de mouches, dans ce film écrit par le conteur Fred Pellerin.

2013 marque son grand retour au théâtre, sa dernière présence remonte à 2008. Il est présentement à l’affiche du Théâtre d’Aujourd’hui pour Instructions pour un éventuel gouvernement socialiste qui souhaiterait abolir la fête de Noël du 8 octobre au 2 novembre 2013.

Ce grand acteur est aussi remarqué pour son engagement social et politique. Favorable aux mouvements de gauche et souverainiste depuis son adolescence, Luc Picard s'est fait le porte-parole de l'organisme de coopération internationale Développement et Paix, du Chic Resto Pop qui offre des repas à prix modiques aux démunis et de la Maison des jeunes qui vise à défendre le respect et les droits des jeunes. On le voit également s'opposer publiquement à la guerre en Irak ; il est d'ailleurs élu Artiste pour la paix en 2005, par le mouvement éponyme qui honore chaque année un artiste qui s'est distingué par ses pensées et ses actions pacifistes. Luc Picard a de plus été nommé porte-parole de la fête nationale du Québec en 2007.

Source : l’encyclopédie canadienne

Luc Picard et Sophie Desmarais sur scène