; ;

invités

David Marin

Petit train va loin...

Né à Drummondville au milieu des années 70, d'un père entrepreneur et d'une mère infirmière, David apprend le piano dès l'enfance, puis l'accordéon, le saxophone et la guitare en autodidacte.

Amateur de Led Zeppelin, Bashung, Johnny Cash autant que de Michel Rivard et Desjardins, passionné par le folk et la chanson d'ici, mais aussi fasciné par le monde des communications, son cœur balance toujours entre la musique et les médias lorsqu'il prend finalement le chemin du CEGEP de Jonquière pour y étudier en Art et Technologie des médias.

À 17 ans, croyant cependant qu'il existe une place pour lui dans l'univers musical québécois, il tente d'écrire ses premiers textes, tout en faisant son stage en radio. À la suite de ses études, il part faire du journalisme local dans la petite municipalité de Dégelis, envisage même un temps de s'exiler jusqu'à Fermont, mais revient à Drummondville où il sera rédacteur. Puis, entre deux boulots peu convaincants, il file vers les vieux pays en ayant déjà derrière lui un passage remarqué lors d'une belle édition de Cégeps en spectacles.

Avec en poche sa seule passion de la musique, il traîne en Espagne, en France et en Hollande, voyage qu'il finance, avec une débrouillardise qui ne va pas cesser de le caractériser, en faisant la manche avec un copain. Lui à l'accordéon, l'autre à la guitare; les accents des Colocs, de Plume, de Renaud résonnent un moment sur quelques coins de rues d'Amsterdam et Barcelone, à la grande surprise des touristes québécois qui passent par là.

Après un bref séjour dans le monde gris dans des ateliers de récupération

http://www.davidmarin.com/index.php?view=biographie

David Marin et son tempo