; ;

invités

ZACHARY RICHARD

Francophone militant, écologiste engagé, poète, chanteur, auteur et compositeur, la musique de Zachary Richard est très enracinée dans sa Louisiane natale. Inspirées par la multitude de styles musicaux de la région, ses chansons dépassent, cependant, les limites d’aucun genre. Fortes en poésie et riches en atmosphère, elles appartiennent à un univers unique et passionné.
En Octobre 2012, Zachary Richard lance le 20e album de sa carrière. Retournant aux racines, Le Fou est imprégné des rythmes et des sons de la Louisiane. C’est un album simple, mais riche en sentiment et émotion. Les thèmes de résistance (Laisse le vent souffler) de séparation (La chanson des migrateurs) et de crise identitaire (Orignal ou Caribou) sont toujours présents, mais l’album est épicé par plusieurs chansons inspirées par la Louisiane comme seul Zachary sait le faire (Clif’s Zydeco, Sweet Sweet, Crevasse Crevasse, Bee de la manche). La chanson titre parle de la marée noire de 2010, de quoi, selon l’auteur, devenir fou.
Ce nouvel album reflète la sensibilité et l’engagement de cet auteur-compositeur difficile à définir dont la carrière nous charme et nous bouscule depuis quarante ans.
Zachary a reçu son premier contrat d’enregistrement en 1972 à l’âge de 21 ans. Il est le dernier artiste à signer un contrat avec Elektra Records. Cet album, High Time, est perdu dans le tourbillon qui entoure la création de WEA (dont le « E » signifie « Elektra). High Time ne verra pas le jour avant 2000, 28 ans plus tard. Les masters sont découverts cachés dans une voute à New York et l’album est lancé sur Rhino Hand Made.
Au début des années 1970, Zachary Richard fait une découverte qui bouleverse sa vie. Avec l’argent d’avance de la maison de disque, il s’achète un accordéon diatonique dit « Cajun ». Aussi tôt, il est propulsé dans le raz de marée de la culture musicale de son pays. La langue française et la culture cadienne de Louisiane deviennent son champ d’inspiration. Apprenant les vieilles chansons cadiennes, délaissées depuis une génération, il forme le premier groupe Cajun folk/rock moderne, le Bayou Drifter Band. Mais il se passera plusieurs années avant que la musique traditionnelle cadienne redevienne à la mode en Louisiane et entre temps, le destin de Zachary Richard l’emmène au Canada et en France.
De 1976 à 1981, Zachary est installé à Montréal avec sa nouvelle femme, Claude, l’amour de sa vie, qui sera également sa partenaire en affaire. Il enregistre sept albums de langue française, notamment Mardi Gras et Migration, tous deux certifiés disques « or ». Malgré le succès critique et commercial, Zachary sent le besoin de retourner dans son pays et en 1981, il rentre en Louisiane, commençant une autre phase de sa carrière. Chantant en anglais, il enregistre deux albums pour Rounder Records, Mardi Gras Mambo et Zack’s Bon Ton, puis deux pour A&M, Women in the Room et Snakebite Love. Tournant sans cesse, il se construit un public international.
En 1994, après plusieurs années d’absence du Canada, Zachary y retourne pour le Congrès Mondial Acadien au Nouveau-Brunswick. Frappé comme il dit « entre l’œil et la corne » il est de nouveau passionné par son héritage, il se met à écrire en français. La collection de chansons qui en résulte devient Cap Enragé. Cap Enragé, album double platine, établit sa réputation d’auteur-compositeur francophone. Encore une fois, Zachary réussit à briser le moule, tissant une tapisserie musicale riche en ambiance avec des textes influencés par le parler rythmé de la Louisiane.
Zachary Richard est également poète. Son recueil, Faire Récolte, publié en 1998 lui mérite le Prix Champlain décerné par le Conseil de la vie française en Amérique. Son recueil Feu reçoit le Prix Roland Gasparic en Roumanie. Le jury remarque non simplement l’unique caractère de son écriture, mais aussi son engagement envers la langue française en Amérique du Nord. Avec sa fille Sarah, il est auteur de plusieurs contes (la série Télesphore et Petit Edvard).
En 1996, Zachary Richard fonde Action Cadienne, organisme bénévole dédié à la promotion de la langue française et de la culture cadienne en Louisiane. Ses contributions à la culture francophone sont reconnues par le gouvernement de la République Française. En mars 1997, il est décoré officier de l’Ordre des Arts et Lettre. Cette année également, il est initié à l’Ordre des Francophones d’Amérique par le gouvernement du Québec. En 2000, il est décoré Chevalier de l’Ordre de la Pléiade. Au fil des années Zachary Richard reçoit quatre doctorats honoris causa: l’Université de Moncton (Nouveau-Brunswick), l’Université de Louisiane à Lafayette, l’Université de Sainte Anne (Nouvelle-Écosse) et l’Université d’Ottawa. Activiste engagé, Zachary Richard fonde Solidarité Louisiane pour venir en aide aux musiciens de la Louisiane affectés par les ouragans de 2005. En 2009, il reçoit l’Ordre du Canada. Suite à la marée noire de 2010, il fonde Gulf Aid Acadiana pour aider la restauration du littoral et des communautés qui y vivent.
Zachary Richard est producteur, compositeur et narrateur de plusieurs documentaires télévisés. En 2000 Against the Tide, the story of the Cajun people of Louisiana obtient le prix Best Historical Documentary décerné par le NETA (USA) en 2000. La version française, Contre vents, contre marées, reçoit le Prix Historia décerné par L’insitut d’Histoire de l’Amérique Française en 2003. D’autres documentaires suivront, Coeur Batailleurs, une série de 26 épisodes qui traite de la diaspora acadienne, et Migrations qui traite de la migration aviaire en Amérique du Nord. Migrations reçoit le Liriot d’Or (premier prix) au Festival International du Film Ornithologique en France en 2008. Plus récemment, Zachary a participé au tournage de Kouchibouguac, documentaire qui traite du bouleversement social pendant l’expropriation de 250 familles acadiennes pour la création d’un parc canadien en 1978.
Le poète créole Aimé Césaire parlait de ses deux langues, le Créole et le Français, comme étant ses deux mains. Pour lui, se séparer d’une de ses langues serait l’équivalent de s’amputer d’une main. C’est très semblable pour Zachary Richard. L’expérience artistique de Zachary Richard est unique et il participe pleinement à la culture anglo-américaine et la culture francophone d’Amérique du Nord. Il est l’auteur compositeur le plus américain des francophones, et le plus francophone des américains.

Source : http://www.zacharyrichard.com

La Sainte-Trinité du folk