; ;

invités

Evelyne Brochu

Diplômée du Conservatoire d’art dramatique de Montréal en 2005, Evelyne Brochu se taille rapidement une place de choix en télévision. Dès 2007, elle tient un rôle important dans la série populaire La Promesse (2007-2011) diffusée à TVA. En 2009, elle fait partie, aux côtés de Danielle Proulx et Guy Nadon, de la solide distribution de la dramatique Aveux (2009) écrite par Serge Boucher et réalisée par Claude Desrosiers. Dernièrement, elle a interprété le rôle de Mylène pour la série Mirador (2010-2011) réalisée par Louis Choquette et diffusée à Radio-Canada. C’est en 2010 qu’Evelyne est nominée à deux reprises au 25e Gala des Prix Gémeaux pour ses rôles de Mélanie dans La Promesse et de Jolianne dans Aveux, série écrite par Serge Boucher et réalisée par Claude Desrosiers.

En 2007, au théâtre, Evelyne était de la distribution des pièces Le diable en partage de Fabrice Melquiot, La nuit arabe de Roland Schimmelpfenning et Sacrée famille de Carl Ritchie. En 200, on la retrouve dans les productions L’assassinat d’Andrew Jackson au Théâtre de Carleton, puis dans Le lion en hiver, montée par la Compagnie Jean Duceppe. En 2009, elle interprète le rôle de Hennie dans Réveillez-vous et chantez !, pièce créée par le Théâtre de l’Opsis, puis son propre rôle dans la pièce Chambre(s) présentée au Théâtre de Quat’Sous dans une mise en scène d’Éric Jean. Tout dernièrement, elle interprétait le rôle de Sara dans la pièce Tom à la ferme de Michel-Marc Bouchard dans une mise en scène de Claude Poissant présentée au Théâtre d’Aujourd’hui.

Au grand écran, elle débute en 2005 dans le film Cheech réalisé par Patrice Sauvé, puis on la retrouve en 2008 dans Polytechnique de Denis Villeneuve. Récemment, on retrouvait Evelyne dans Frissons des collines de Richard Roy, puis dans le tout dernier film de Jean-Marc Vallée, Café de Flore dont la première a eu lieu au dernier Festival International de Venise. Elle interprète le rôle principal de Chloé dans la coproduction Canda-France Inch’Allah, deuxième long métrage de fiction d’Anaïs Barbeau-Lavalette.

Source : dossier presse Inch’ Allah, Séville

“Inch’Allah”, dit Anaïs Barbeau-Lavalette