; ;

invités

Anaïs Barbeau-Lavalette

À la suite d'un périple d'un an au Honduras, Anaïs Barbeau-Lavalette réalise le documentaire Les Petits princes des bidonvilles (2000) qui remporte le Prix du Public au Festival Muestra Cultural Latinoamericana de Montréal. Elle réalise ensuite Sorcières comme les autres (2000) et Les Mots bleus (2001). Après des études à l'INIS, elle co-réalise Buenos Aires, no llores, un documentaire tourné en Argentine et sélectionné dans de nombreux festivals internationaux.

Elle participe ensuite à l'Odyssée de volontariat, périple de plusieurs mois qui la conduira aux quatre coins du monde et où elle réalise une quinzaine de courts métrages documentaires. À son retour, elle réalise plusieurs autres documentaires, notamment Les Mains du Monde, abordant le thème de l'engagement, diffusé sur les ondes de Télé-Québec et co-réalise Si j'avais un chapeau qui donne la parole à des enfants du Québec, de l’Inde, de la Tanzanie et de la Palestine. Ce dernier récolte d’ailleurs une mention spéciale du jury aux Journées du cinéma africain et créole des Vues d'Afrique et deux nominations aux Prix Gémeaux 2006 pour Meilleur documentaire société et Meilleure recherche. Elle tourne ensuite le documentaire Tap-Tap, portrait poétique de la communauté haïtienne de Montréal.
En 2007, elle réalise Le R
ing, un premier long métrage de fiction très bien reçu par la critique, qui est notamment sélectionné aux festivals de Pusan et de Berlin en 2008. Il remporte également plusieurs prix dont le Grand prix du jury au Festival de Taipei, le prix de la Meilleure réalisation au Festival Miradas de Madrid, ainsi que le Prix spécial du jury et le Prix du Meilleur acteur au festival de Vladivostok en Russie.

En 2009, son documentaire Les Petits Géants, sur un groupe de jeunes des quartiers défavorisés travaillant à adapter une œuvre d'Opéra (co-réalisé avec Émile Proulx-Cloutier), est présenté en clôture des Rendez-vous du cinéma québécois. En 2010, Anaïs rejoint l’équipe de micro_scope en Jordanie pour réaliser Se souvenir des cendres – Regards sur Incendies, un documentaire portant sur les réfugiés ayant participé au tournage du film de Denis Villeneuve qui gagne le Prix Gémeaux du Meilleur documentaire culture en 2011.

Elle publie son premier roman en 2010, Je voudrais qu’on m’efface (Éditions Hurtubise), finaliste au Prix des libraires du Québec. Puis, en 2011, paraît Embrasser Yasser Arafat (Éditions Marchand de feuilles), un recueil de chroniques inspiré de ses séjours en Palestine. En 2012, elle coréalise le court métrage Ina Litovski avec André Turpin.

Inch’Allah, son deuxième long métrage de fiction, une coproduction Canada-France tournée en Jordanie, sortira en salles à l’automne 2012. Le film met en vedette Evelyne Brochu, Sabrina Ouazani, Sivan Levy et Yousef Sweid et relate l’histoire d’une jeune obstétricienne québécoise qui accompagne des femmes enceintes dans une clinique de fortune d’un camp de réfugiés palestiniens en Cisjordanie.

Source : dossier presse Inch’ Allah, Séville

“Inch’Allah”, dit Anaïs Barbeau-Lavalette