; ;

invités

Marc-André Grondin

SOURCE : http://www.canalplus.fr/c-cinema/c-les-films-en-salles/cid148459-marc-andre-grondin.html

Marc-André Grondin est le fils d'un nom de la radio québécoise, Denis Grondin, et le frère cadet du comédien Mathieu Grondin.

Il débute à trois ans dans la publicité, paraît à cinq ans à la télévision (série Un signe de feu, 1989), et brille à sept ans dans une série de films inédits en France, Nelligan de Robert Favreau (1991), L’enfant sur le lac de Jacques Leduc (1991), La fenêtre de Monique Champagne (1991), De l’autre côté du cœur de Suzy Cohen (1991), toujours actif au petit écran (Les Intrépides, 1993, Sous un ciel variable, 1995).

Après La fête des rois de Marquise Lepage (1993) et le court métrage de Jean-Marc Vallée, Les fleurs magiques (1994), il grandit loin des caméras. Pour mieux revenir dès ses dix-sept ans, dans des séries (Les Super Mamies de Christian Martineau, 2002, Watatatow, 2003) et surtout en tête du délirant et émouvant C.R.A.Z.Y. du même Vallée (2004), qui fait le tour du monde.

Devenu un jeune homme prisé, il rencontre Carole Laure dans La belle bête de Karim Hussain (2006), brille avec son frère dans Nos étés (2006), et se tourne vers l'étranger.

La France l'accueille dès le téléfilm Les Cerfs-volants de Jérôme Cornuau (2007), puis il incarne le fils musicien du Premier jour du reste de ta vie de Rémi Bezançon (2008), qui le révèle au vieux Continent.

Il est ensuite le partenaire de Didier Bourdon dans la comédie funéraire Bouquet final de Michel Delgado (2008), le jeune rocker nostalgique du choral Bus palladium de Christopher Thompson (2010), et l'amant de Laura Smet, face à Charles Berling, dans le thriller Insoupçonnable de Gabriel Le Bomin (2010).

Steven Soderbergh le choisit également pour incarner Régis Debray dans son Che deuxième partie guerilla (2008) face à Benicio Del Toro, et l'acteur incarne le héros usurpateur d'identité dans Le caméléon de Jean-Paul Salomé (2010), tourné aux États-Unis, face à Ellen Barkin, Famke Janssen et Emilie de Ravin, et flirte avec l'horreur pour la production canadienne 5150, rue des Ormes d'Eric Tessier (2009).